mardi 6 mars 2012

Trauma lourd et IFS (Internal Family System) therapy

Aloha,

J'ai expliqué dans le post précédant, comment on peut considérer notre Être constitué de plusieurs parties, un Centre que l'on est (à la fois témoin de ce qui se passe, mais aussi actif, créatif, compassionné, etc.) et des parties... d'ailleurs en passant, un des psy pionnier dans ce domaine était un français (Pierre Janet).
Parmi les parties, il y a celles qui sont un peu cachées et notamment les parties qui ont subies un trauma, on les appelle les Exilé(e)s... elles sont souvent défendues par des Protecteurs... ou encore Gestionnaires de la vie courante.
Dans le cas d'une personne ayant subi un trauma lourd, il y a un mécanisme de protection de notre Centre qui est une forme de dissociation... comme quand un pays est attaqué, on met le président à l'abri dans une sorte de bunker... en nous c'est pareil... le Centre est mis en retrait, et notre Être passe en mode pilote automatique coupé de ses émotions, de son corps (les anglo-saxons utilisent le terme "shutdown").... finalement c'est vachement bien prévu...Notre Âme, notre Centre, aurait du mal à le vivre, alors elle est mise en retrait...
Notre Centre va-t-il pouvoir revenir ensuite, allons nous pouvoir nous sentir vivre à nouveau, plein, avec notre Soleil intérieur ? Et bien tout dépend de l'entourage de la personne, de l'enfant si il est enfant, après le drame..si l'entourage est très consolant et protecteur, le Centre pourra peut être revenir....sinon la structure va se figer avec un Centre en retrait... c'est pourquoi les personnes qui ont subi un trauma manquent souvent de Centre, ne savent pas qui elles sont, se sentent souvent vides... si là dessus vous allez plaquer une idéologie orientale qui dit que vous n'existez pas et que vous devez juste être dans l'instant... la cata !
Au contraire il faut renforcer la puissance mentale (y compris par le mental supérieur) de la personne qui a subi un trauma (je vous rassure vu qu'on a eu des centaines de vies, on a presque tous eu des trauma)..
De plus, on peut dire que la personne avec un trauma a ses parties fortement polarisées, c'est à dire qu'il y a eu une tension intérieure, un conflit permanent, entre par exemple la partie Exilée et le Protecteur... par exemple votre partie Exilée est fondamentalement triste, mais votre Protecteur ne veut pas que vous soyez triste, alors il vous pousse à travailler à outrance... mais dès que vous vous posez, que vous faite silence, la partie Exilée triste veut guérir et en profite pour montrer son mal-être... alors le Protecteur veut vous protéger et ne supportera pas de rester en silence par exemple...
Il va de soi qu'un bon thérapeute ne va pas exposer la partie Exilée d'un client (avec trauma) trop rapidement... déjà une personne qui a un trauma lourd, de lui parler du Centre, et des différentes parties, cela va lui faire du bien, en plus elle sera rassuré de voir que tout le monde a différentes parties en lui, simplement chez elles, elles sont plus tranchées, plus isolées les unes des autres, et plus en conflit.... guérison, intégration..
Il faut d'abord prendre le temps de renforcer le Centre, et apprendre au client à y revenir, et à dialoguer avec les parties en lui... si c'est bien fait IFS, et les autres thérapies systémiques, ne renforcent pas une dissociation, ni ne créent de MPD (trouble personnalité multiple)...les personnes dissociées en général savent déjà qu'elles ont des personnalités ambivalentes en elles, compartimentées...et c'est pour cela qu'elles sont instables dans leur vie et dans leur relation et imprévisible (l'entourage ne sait jamais ce qui va se passer, car le ou les Protecteurs peuvent réagir à tout instant, c'est très difficile pour l'entourage...)
Le risque principal en IFS (et dans toutes les thérapies) est d'exposer la partie Exilée du client trop tôt, alors on va s'exposer à l'arrivée violente d'un Protecteur (que certains appellent les Extincteurs de feu).. bon en soit, c'est pas grave... ce qui est plus gênant c'est que cela peut aggraver la polarisation du client... il ressort de la séance avec la conviction "faut vraiment pas que je me rappelle ce passé, c'est trop lourd", et avec donc une partie Exilée encore plus exilée, et les parties Protecteur encore plus réactives....pas top...
Seul un thérapeute qui lui même est fortement ancré dans son Centre, qui est capable aussi d'ouvrir le Centre de l'autre, qui a confiance en lui (car il a commencé à  intégrer ses traumas et ses parties, il a un fonctionnement relativement harmonieux et ses parties ne sont pas trop polarisées) peut donner le climat de confiance et de bien être dans lequel les parties Exilées pourront être appelées pour début de guérison, et ensuite intégration...
En ce qui concerne le Centre, j'ai déjà expliqué comment travailler à le renforcer en journée avec les techniques ACT...voir ici: http://advaita22.blogspot.com/2012/02/exercice-pratique-pour-trouver-son.html Vous pouvez aussi vous faire des petites séances de méditation, dans lesquelles vous imaginez avec votre Centre (que vous êtes) monter en haut d'une montagne magnifique avec un beau paysage, sachant que vous laissez vos parties souffrantes ou contrôlantes en bas dans la vallée... et passer ainsi quelques instants en haut de la montage, le Centre reposant dans le Centre...
Une autre facette du Centre est qu'il est relié au grand-tout (ce sont les deux niveau de l'Eveil)...en passant du temps dans le Centre, ou même spontanément, il est possible que vous expérimentiez par moment ce sentiment océanique d'être relié au tout...c'est juste une autre réalité, il n'y pas lieu d'en faire une idéologie qui infère que vous n'existeriez pas ! Ces sentiments océaniques d'être relié au tout (que les orientaux appellent  "réalisation", "illumination"), ont été étudié, en dehors d'un contexte mystique (c'est à dire également dans des contextes sportif, artistique, etc.) par le psy Mihalyi Csikszentmihalyi..(pour ceux qui n'ont pas leur diplôme de hongrois, prononcer « chique-sainte-mihaï »)... dans un ouvrage appelé "flow, the psychology of optimal experience"... je reviendrai sur ce point. (.pour ceux qui ne peuvent pas attendre, c'est dispo en français: vivre, la psy du bonheur, ed. poche 7€)
Réaliser la pureté, la clarté, et toutes les qualités actives de son Centre, une fois qu'on a appris à le (à se) retrouver, c'est en Inde ce qu'on appelle la réalisation de l'Atman, la réalisation du Soi... attention à l'erreur bouddhiste qui répend une idéologie d'absence d'existence du Soi (Anatman) ainsi que toutes les idéologies néo-védantistes, ou bien celles qui vous forcent à rester dans l'instant-présent... pas bon, affaiblissement de la puissance mentale et dépression en vue !!
Réaliser par hasard (on ne peut le provoquer), la connexion de notre Centre au tout, c'est ce qu'on appelle en Inde, la réalisation du Brahman, le passage du premier niveau d'éveil au second se fait de façon automatique avec le temps... ces deux niveaux de notre être sont à conserver, c'est une dialectique.
Voilà pour cet aperçu...depuis le trauma jusqu'à l'éveil... c'est notre chemin à tous je crois...à suivre..
Philippe
Flow de Chique Sainte Mihaï...

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. encore merci pour le partage que tu fais quotidiennement

    RépondreSupprimer