lundi 12 mars 2012

Relations et baby-sitting

Hello !
Tant que l'on n'a pas trouvé son Centre, son maître intérieur, bien des relations intimes sont en fait une recherche de baby-sitter... et si la baby-sitteuse est mignonne c'est encore mieux !! Tout dépend bien sûr des blessures de fond et des systèmes de défense... mais tant que le Centre en nous n'est pas contacté, les relations seront difficiles et entraîneront des souffrances... car notre partenaire sera parfois disponible, mais parfois non, pour jouer le rôle que l'on recherche, et alors on sera déçu, voir paniqué, et on retrouvera notre souffrance initiale ("je suis déçu, je croyais que c'était le bon, la bonne")... bon en fait c'est une fois qu'on a une structure intégrée et connectée (connexion spirituelle) que l'on se sent bien et qu'on peut avoir des relations enrichissantes et qui ne se finissent pas par une big déception, car on sait qu'on a déjà tout en soi et par nos connexions..cela prend un peu de temps pour commencer à en arriver là (je ne parle pas de la dissociation, provoquée par des thérapies trop mentales ou trop comportementales, qui consiste à ne pas s'écouter et croire qu'on est libéré de ses souffrances et blessures, alors que ce n'est pas du tout le cas et que le malaise fait son oeuvre en silence dans des couches plus basses de la conscience et du corps... les traumas, les grosses déceptions et négligences sont hélas souvent résistantes aux thérapies rapides cognitives (mentales) et comportementales).
Seul un thérapeute qui est lui-même centré peut communiquer cela à son patient... avec le thérapeute, comme avec une relation, l'impasse à éviter est que le thérapeute nourrisse une partie blessée de son client.. d'où ces dépendances..il doit réussir au contraire à mettre le client en contact avec son propre Centre, son propre maître intérieur, sa Force Intérieure, et de devenir son propre thérapeute.. il en va de même des soi-disant "maîtres spirituels" qui jouent rarement ce rôle: ils ont eu une expérience de connexion, mais ne savent pas toujours guider les autres...
Maintenant, il ne faut pas non plus basculer dans l'extrême inverse: "je n'ai besoin de personne", ou "je ne communique pas mes besoins affectifs profonds à mon partenaire"...ceci est encore une défense et une big peur de soi et de l'autre..





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire