vendredi 2 mars 2012

Le paradoxe maîtrise/lâcher prise


Aloha !

Avant de traiter du sujet proposé (résoudre le paradoxe maîtrise/ lâcher prise), une petite anecdote sur les synchronicités de l'univers. Le thérapeute/medium Gilles Délieuze m'avait dit que j'allais donner des soins avec mes mains et que cela irait profond dans le corps des gens, à l'intérieur de leur os. Suite à cela j'avais lu le livre "la reconnexion" d'Eric Pearl, et en faisant les exercices j'ai constaté qu'il y avait en effet comme un faisceau de lumière invisible entre mes deux mains, et on peut sentir que cela pénètre à l'intérieur des os (je veux dire certaines personnes le sentent bien si elles mettent une partie de leur corps entre mes deux mains).
Or il y a quelques jours, via ce blog, une personne m'a contacté pour aider quelqu'un atteint d'une maladie orpheline qui atteint principalement les os (maladie de Chester)... synchronicité à suivre ;-)

Concernant le sujet du jour, il y a comme un paradoxe, une contradiction sur le thème de la maîtrise, ou du contrôle versus le lâcher prise. Par exemple dans l'article ci dessous que j'avais publié, on voit d'une part Osho qui dit qu'il faut s'abandonner, et d'autre part qu'il faut développer son centre par la vigilance..
http://advaita22.blogspot.com/2011/05/osho-explique-les-circonstances-de-son.html 
En fait c'est une dialectique. Comme beaucoup de choses dans la vie..."La dialectique (appelée aussi méthode ou art dialectique) est une méthode de discussion, de raisonnement, de questionnement et d'interprétation qui occupe depuis l'Antiquité une place importante dans les philosophies occidentales et orientales.  Elle est conçue comme un moyen de chercher des connaissances par l'examen successif de positions distinctes voire opposées. Plus généralement, elle désigne un mouvement de la pensée, qui se produit de manière discontinue, par l'opposition, la confrontation ou la multiplicité de ce qui est en mouvement, et qui permet d'atteindre un terme supérieur, comme une définition ou une vérité. La dialectique devient, avec Hegel, non plus une méthode de raisonnement, mais le mouvement réel de l'esprit dans sa relation à l'être : elle est alors conçue comme le moteur interne des choses, qui évoluent par négation et réconciliation. Mais là où la dialectique hégélienne était essentiellement idéaliste, elle concerne au contraire le mouvement de la matière chez Marx, qui fait des contradictions socio-économiques le moteur de l'histoire. La plupart des disciples de Hegel, dont Feuerbach, Kierkegaard, Marx, l'École de Francfort, Sartre, ou encore (en poésie) Breton, donneront leur version de la dialectique comme mouvement de la réalité."
De façon concrète il est conseillé d'aborder la vie avec détachement et lâcher prise, mais tout en faisant des efforts (maîtrise)... encore ce paradoxe...et la spiritualité au sens large, c'est jouer sur ces deux éléments en permanence.. oui créer un centre, ou recontacter notre centre (Self) est utile. Cela permet de ne pas laisser nos blessures du passée venir nous dominer dans le présent et nous faire faire des actes réactifs qui sont des projections du passé sur le présent...c'est la base des "thérapies" ACT ou IFS (on devrait dire voie initiatique car cela vaut pour tous le monde, pas seulement pour ceux qui ont les symptômes listés dans le DSM-IV (la bible des psys, la version V est en cours..).
Notre centre (1 dans le schéma psychosynthèse) est le même dans toutes les thérapies basées sur le centre, c'est nous, notre esprit (non pas j'ai un esprit (objet), mais je suis un esprit (sujet), lui même relié à d'autres plans (voir schéma psychosynthèse que j'ai publié sur ce blog)..ensuite on apprend à décoller les mémoires du passé de notre centre, de façon à ce que nous (centre) reprenions la maitrise de notre vie (présent/futur), car sinon souvent les mémoires du passé nous dominent, dominent notre centre. Dans ACT, on regarde par petits morceaux (comme aiment bien le faire les bouddhistes, avec un microscope) ce qui vient gêner notre centre, les pensées superflues (réaction de la mémoire comme disait Krishnamurti) une à une (qui génèrent les émotions), et on apprend à s'en décoller ("defusion"). Dans IFS (thérapie Famille Interne), au lieu de faire par petits morceaux ("bits and pieces"), on fait par gros système, que l'on imagine être des sous-personnalités, on dialogue avec chacune..pour leur faire comprendre qu'elles ne doivent pas commander à la place du centre..pas de soucis on peut faire les 2...
...Ainsi on retrouve, développe un centre clair, aimant, en contact avec le reste de nous (nos mémoires), et on reprend la maîtrise de sa vie, ce qui n'est possible que lorsqu'on a une bonne relation avec note inconscient (sinon c'est l'inconscient qui prend les décisions à notre place, sans compter qu'on est souvent sous influences (pensées d'autrui, pensées des esprits qui nous entourent, etc.). Toujours se demander "en mon âme et conscience" avant de faire un grand choix....Tout ceci c'était donc la maîtrise.. nécessaire aussi en médiumnité pour ne pas se faire déborder, et dans la relation avec les autres (dialectique ouverture/fermeture)..comment voulez vous faire cela en renonçant à la notion d'individu et d'égo ?... au contraire pour ascensionner il faut maîtriser tous les rayons..
Et par ailleurs, la spiritualité c'est l'ouverture à une force plus grande que nous...et l'ouverture aux autres, la confiance et la foi, le lâcher prise..
La vie sage c'est ainsi la gestion de ces dialectiques..qui ne sont que des reflets de la dialectique fondamentale individu/unité...et heureusement que c'est comme ça car sinon ce serait ennuyeux..

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire