dimanche 11 mars 2012

Trauma et instabilité


Aloha !
Vous êtes vous demandés pourquoi les personnes qui ont vécu des traumas sont instables dans leurs comportements ? Je veux dire un trauma non intégré, car nous avons tous vécu des traumas au cours des vies.
Une personne avec un trauma non intégrée se caractérise par une dissociation structurelle de la personnalité, c'est à dire qu'elle est coupée en deux (a minima): une partie apparemment normale (appelée PAN) et une partie émotionnelle (PE)... par moment c'est la PE qui prend le dessus, et la PE a une vision des choses très limité et des comportements automatiques (faut pas trop espérer raisonner une PE).
Lorsque l'on dit qu'une personne n'a pas intégré son trauma, on veut dire qu'elle le nie ou encore qu'elle ne peut pas y penser... en effet les souvenir traumatiques sont complètement différents des souvenirs autobiographiques: ils sont beaucoup plus forts en émotions, contiennent des éléments symboliques, etc..ils sont coincés dans la PE... et il y aura alors une tension (même une haine, une honte) entre la PAN et la PE, avec à terme un épuisement et une décompensation possible...
C'est notamment un psy français (P. Janet) qui a été à l'origine de la thérapie des traumas.
Pour qui s'intéresse au sujet, il y a un ouvrage de fond "Le soi hanté, dissociation structurelle et traitement de la traumatisation chronique" écrit par 3 psy et traduit en français aux éditions de Boeck.
Un big pavé de 500 pages mais pourtant vachement intéressant et très bien écrit... la bibliographie fait 50 pages !! la partie traitement se trouve condensée entre les pages 389 et 440... l'ouvrage est super bien structuré, ce qui fait qu'on n'est pas obligé de le lire d'un coup, on peut commencer par certaines parties (le seul hic c'est que tout est passionnant dans ce livre pour qui s'intéresse à ce sujet)
Je précise que le trauma, cela peut être aussi une simple négligence ou carence affective durable au cours de l'enfance. J'aurai peut être l'occasion de revenir sur différents points de ce livre: les différentes dissociations (primaire, secondaire, tertiaire), souvent liées au fait de savoir si le trauma a eu lieu une fois ou a été chronique, les traitements (très proches d'IFS et d'Inner bonding)..
Je mets ici un petit extrait du livre sur l'attitude d'une PE (en terme IFS on dirait une Partie Exilée ou un Protecteur)

"Une personnalité intégrée est un système hautement complexe, coordonné et cohérent. En conséquence, ses nombreux sous-systèmes sont interconnectés. 
Les parties dissociatives sont des sous-systèmes anormalement simples et fermés, comparés à la personnalité intégrée. Ces sous-systèmes ne travaillent pas ensemble en harmonie, ils sont souvent médiatisés par un seul système d'action (ou une constellation limité de systèmes d'action) et s'engagent en général dans des tendances à l'action de niveau anormalement faible. Le champ de conscience qui fait partie de ces sous-systèmes est habituellement réduit aux objectifs de ce système d'action particulier, et ne se soucie pas d'intégration avec les autres systèmes d'action. Par exemple, la plupart des PE ne font que s'engager dans un nombre limité d'actions défensives, parce qu'elles sont médiatisées par un ou plusieurs éléments du système de défense, et n'expérimentent donc qu'un petit nombre d'états mentaux et comportementaux.
Même si les parties dissociatives sont anormalement fermées et simples, elles peuvent avoir une utilité adaptative lorsque le niveau mental du survivant est faible ou lorsqu'il y a des violences en cours dans sa vie: une attitude chronique de défense va alors dans le sens de la survie de la personne. Les survivants, en tant que PE, réagissent habituellement aux dangers qu'ils perçoivent de façon automatique, stable et immédiate, parce qu'ils sont majoritairement centrés sur un objectif de défense. Leurs actions, de niveau bas, sont bien rodées, hautement conditionnées, et ne sont pas troublées par l'ambivalence et les conflits qui peuvent émerger quand différents systèmes d'actions ont activés simultanément*
Les thérapeutes cherchent pas conséquent à augmenter l'efficacité mentale des PE et des PAN, pour les aider à atteindre des tendances à l'action de niveau supérieur. Ils essayent d'accroître la complexité de ces sous-systèmes de la personnalité, pour que leur autonomie diminue. Ainsi quand une PE communique davantage avec une autre partie dissociative, son système inclut de nouveaux éléments.
Les bénéfices de l'intégration de souvenirs traumatiques sont profonds, mais ils peuvent prendre un temps assez long à se matérialiser. Les survivants auront donc besoin de beaucoup de soutien thérapeutique pour apprendre à supporter l'ambivalence**, la compétition de leurs besoins et de leurs souhaits, et les gratifications tardives pour pouvoir réussir dans les tendances à l'action de niveau supérieur. "
A suivre...
* Ma note: ce mécanisme de défense primaire, le côté radical de la PE, explique pourquoi une personne avec une dissociation structurelle peut soudainement vous sembler complètement autre que ce qu'elle est d'habitude, avec l'impossibilité de lui faire "retrouver ses esprits"... elle est dans une mécanique de défense, dont elle a besoin compte tenu de la non-intégration de son trauma... mais cette non-intégration a un coût à terme pour la personne...(déclin post-traumatique).
** Avoir une structure intégrée signifie être capable de gérer l'ambivalence: différents choix sont possibles.. la personne dissociée se voit au contraire souvent dicté son choix par une PE qui tranche dans le vif sans vision globale.

1 commentaire:

  1. A propos du livre cité dans cet article, un des commentaires par un lecteur sur amazon.com est "This book is to trauma and mental health as Einstein's theory of relativity is to physics or what the personal computer is to how we view information or, more importantly, what parole is to a prisoner."

    RépondreSupprimer