mercredi 7 mars 2012

IFS et l'Académie Nationale de Médecine


Quelques mots des médecins qui ont fait l'introduction du livre sur IFS (Internal Family Systems) de Richard Schwartz (édition Elsevier-Masson).
Bernard Lechevalier, Professeur émérite de neurologie. Membre de l'Académie Nationale de Médecine.
"L'école de Jung reste toujours représentée en france et en Amérique; bien qu'assez polymorphe dans sa formulation, on peut dire qu'elle vise essentiellement à la reconstitution du Self.
L'auteur analyse qualitativement ces différentes parties et les classes en: manager, exilé, pompier. Ces derniers sont des intervenants d'urgence dans le conflit mais font souvent plus de dégâts que de bien. Une partie remarquable de la théorie est que le véritable Self est "au dessus des parties", c'est grâce à lui que l'harmonie sera retrouvée.
Je pense que sa lecture peut ouvrir des horizons thérapeutiques et donner un aperçu plus élevé qu'une approche hyper matérialiste comme celle que nous proposent les thérapies comportementales qui ne font pas tellement de différence entre l'homme souffrant et un animal de laboratoire ! (suis bien d'accord là...elles font du mal parfois..)"
François Le Doze, Neurologue, médecine psychosomatique, Service de neurologie, CHU de Caen.
" Les effets positifs, parfois spectaculaires non seulement sur le psychisme mais aussi sur les symptômes des maladies, m'ont convaincu de suivre cette voie.
R. Schwartz se trouve à l'avant-poste d'une nouvelle manière de penser et de pratiquer la psychothérapie. Il se situe moins de mon point de vue comme un psychologue de l'inconscient que comme un psychologue de la conscience. Son objectif ultime est de contribuer à restaurer le Self leadership, condition indispensable à la guérison. Le Self, siège de la conscience, doté de qualités inaltérables comme la compassion et la confiance, reprend la maîtrise de la vie psychique. Cet état est caractérisé par un contact renouvelé avec l'intuition profonde du sens de l'existence. Celle-ci guide les prises de décision et rend aisée leur mise en oeuvre en lien harmonieux avec le monde des sous personnalités, appelées "parties". Ces parties auront été au service de tentatives de survie par rapport à certaines circonstances traumatiques ou à des contraintes de l'environnement. Les parties les plus fragiles pour avoir été directement exposées à ces circonstances, et qui auront été isolées par d'autres parties nommées "protecteurs" sont appelées "exilés". 
Sur ce chemin, le psychothérapeute est appelé à mettre lui aussi en oeuvre ces qualités de Self-leadership sous la forme de ce que d'aucuns appellent la "présence inconditionnelle". Etre là, simplement présent, conscient, ouvert et sans jugement dans une invitation vis-à-vis du patient à créer de nouvelles relations empruntes de compréhension avec ses parties, constitue un puissant outil de transformation. J'en ai été et en reste encore le témoin. J'ai pu en effet observer, souvent de façon inattendue, comment certains symptômes (migraine, eczéma atopique, pelade....) s'estompaient à mesure que les polarisations (ou oppositions) entre parties étaient traitées, les exilés soulagés de leurs fardeaux constitués d'émotions ou de croyances, et le Self leadership restauré.
http://www.elsevier-masson.fr/product.jsp?id=EHS_FR_BS-PK-10000&navAction=jump&queryTerm=schwartz&_requestid=181417  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire