vendredi 2 mars 2012

Le film "Au-Delà" de Clint Eastwood - sur l'exclusion des mediums (en France)


Je viens de regarder en DVD le film du réalisateur Clint Eastwood "Au-Delà" sorti en 2010.
Il est filmé avec pudeur, j'ai bien aimé. Il relate aussi la difficulté que certains mediums ont a assumer leur don. Intéressant le fait que le rejet le plus fort soit placé à Paris dans le film, qui par ailleurs figure plusieurs pays.
Je n'ai pas pour ma part de difficultés à assumer ce "don", la seule chose qui m'a troublé a été de canaliser des êtres non terrestres.. je n'ai plus voulu le faire n'ai plus été dérangé..
Par contre, lors de l'arrivée de mon don, j'ai eu des gros problèmes d'ancrage.. et je ne peux pas faire un travail de canalisation régulier car cela me désancre..
Egalement lors de l'ouverture de mon don, c'est comme si mon cerveau droit s'était activé et mon cerveau gauche s'était endormi...j'ai mis du temps avant de récupérer mon cerveau droit.. maintenant je comprends l'importance du plan mental, de la pensée, et de la dangerosité à vouloir vivre uniquement "dans l'instant"..du coup le cerveau gauche (raisonnement) peut se trouver à l'arrêt.. à mon sens, tout en ayant des moments d'instants présents, il faut continuer à garder une vision de soi et du monde, même si elle est projeté par le mental, accepter ces deux plans, sinon c'est dangereux, on ne sait plus qui on est..
Par ailleurs, il m'a fallu 3 ans pour assumer le changement de vision du monde.. je veux dire, quand vous savez par expérience directe, quand vous vivez que l'au delà existe, que les défunts de votre famille sont là, également que vous pouvez être en relation avec une autre personne incarnée à distance, etc... tout ça cela a complètement changé ma vision du monde et le mental ne pouvait pas suivre aussi vite en ce qui me concerne (doutes, etc...) il m'a fallu donc 3 ans avant que mon mental commence à accepter que c'était vrai, bien que je le vivais déjà depuis 3 ans..

Concernant le rejet de la mediumnité en France et le film, je cite le blog d'Alain Gourhant: 
"La France est le pays où cette exclusion est la plus forte
Dans un interview de Peter Morgan, le scénariste du film, dans le magazine 2E de l’INREES, celui-ci répond de manière étrange à la question : « Est-ce qu’il y a quelque chose de particulier avec la France au sujet de ces expériences ? » :« Pour moi, Marie (Cécile de France) ne pouvait être que française. Et Clint m’a dit que c’était aussi son sentiment. Nous n’avons pas intellectualisé à ce sujet. Pour nous, c’était instinctivement correct.Cecile de France dans un interview dans le même magazine,  intellectualise à sa manière la raison pour laquelle son histoire et son rôle ne pouvait se passer qu’en France. A la question : « à quoi attribuez cette espèce de distance avec le sujet ?« , elle répond :C’est surtout le cas en France. Je pense qu’aux Etats-Unis ils sont beaucoup plus ouverts. Il y a des mediums à tous les coins de rue, même si on ne sait pas ce qu’ils valent. J’ai lu aussi qu’il y a là-bas beaucoup plus de gens qui croient aux pouvoirs psy, voyance, cognition, etc. Il y a donc une grosse différence de culture. Même par rapport à d’autres pays, la situation en France est tout à fait particulière. Est-ce que c’est dû à l’esprit des Lumières ? A l’existentialisme ? au laïcisme ? Cet esprit matérialiste, cartésien, logico-rationnel a tendance à fermer la porte au mystère. Les progrès de la science ont façonné nos esprits : on est composé d’atomes et quand le corps meurt, tout meurt avec. ! Un point c’est tout. alors que depuis l’origine des temps, il existe des croyances en la survie après la mort du corps. Mais peut-être que ça va changer et c’est intéressant de voir comment nos croyances vont évoluer et si la science va intégrer plus ouvertement les recherches là-dessus. Peut-être que les gens en ont marre de cet esprit matérialiste. Après en avoir fait le tour, ils vont peut-être s’ouvrir à quelque chose de plus insaisissable.Il fallait donc que ce soit cette actrice française, Cécile de France, avec son solide bon sens, qui dévoile de manière très pertinente, « le pot au rose » : la France se distingue, parmi les pays occidentaux, comme le pays le plus intolérant et le plus excluant pour tout ce qui ne rentre pas dans la vision dominante matérialiste et scientifico-technique, dans une sorte de dogme aux allures pseudo-religieuses, qui exclue toutes ces expériences en relation avec la mort et l’autre monde et plus généralement tout ce qui relève de la parapsychologie. Ce domaine de la culture humaine, pourtant très présent partout dans le monde,  relève toujours majoritairement en France des préjugés de la psychiatrie."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire