samedi 21 avril 2012

Revoir sa vie en rose - Seroxyl

Voir à nouveau sa vie en rose

Aloha !

Ne sommes nous pas nombreux à espérer pourvoir un jour revoir notre vie en rose ?
Pour tous ceux qui ont des problèmes de déprime, je conseille d'essayer (au moins pour essayer) Seroxyl, disponible sans ordonnance en pharmacie (laboratoire Arkopharma).
Seroxyl c'est l'acide aminé Tryptophane, qui est le précurseur naturel de sérotonine, un neurotransmetteur dans notre cerveau qui est important pour notre moral.
Nous consommons dans la nourriture classique 1g de Tryptophane par jour. Un comprimé de Seroxyl (à prendre en dehors des repas car il y a compétition entre les acides aminés) c'est 220 mg de Tryptophane, et on prend 1 ou 2 comprimés par jour, il ne semble pas y avoir de risques ni de contre-indication. Certains auteurs aux US conseillent des doses nettement plus élevées, mais là il faut rester prudent, en particulier si vous prenez déja un AD IRS (bon ok je traduis !! un anti dépresseur à inhibiteur de recapture de sérotonine, que ce soit une molécule chimique ou bien le millepertuis qui fait cela aussi), donc voilà il faut pas basculer dans l'excès inverse et avoir trop de séroto, surtout si vous avez des tendances cyclothymiques/bipolaires (pour ne pas rebasculer dans l'autre sens).
L'utilisation des acides aminés, comme alternative aux AD et aux thymorégulateurs classiques est une alternative peu connue en France, et de toute façon comme y a pas de brevets possibles sur les acides aminés (substance naturelle), ni les labos, ni les médecins sous influences, vont le promouvoir... il faut regarder les ouvrages de Julia Ross (dont un titre est traduit en Français). Si on est cyclothymique, il faut éviter la glutamine qui va trop booster..
Attention, pour tous ceux qui vivent avec un trouble bipolaire ou borderline, ou dépression unipolaire, ou hystérie, etc, je ne vous dis pas d'arrêter vos AD, vos anxyolitiques, vos thymorégulateurs et de vous précipiter sur le Seroxyl !! J'amène juste l'info, voilà... c'est un sujet à suivre...
Et aussi ce qui doit aider beaucoup à accompagner, soulager les troubles psy et, au moins réduire, les médications classiques, c'est l'écoute, l'écoute de soi, la libération de ses émotions (on les laisse venir, on les bloque pas, on les accompagne par le souffle, voir mes derniers articles sur Gaëlle Laleu, Eric Baret) et aussi très très important, voir la mécanique de nos refus: du passé, du présent, et le fait qu'on n'accepte pas l'insécurité intrinsèque de la vie... "ma sécurité c'est ma disponibilité", mon accueil dans l'instant pour ce qui se présente.. je ne dis pas qu'on arrive à un tel saut comme cela... cela peut prendre du temps, de la maturation... mais un jour on comprend que c'est la seule façon de s'en sortir...
Eric Baret dit qu'il a plusieurs fois débloqué des gens en leur faisant comprendre que l'essentiel de leurs souffrances sont imaginaires, et soudainement des gens "s'éveillent" en comprenant que 40 ans de souffrance étaient auto-produits ! Donc ça compte beaucoup cette approche....aussi
Après, il faut voir aussi, que certaines personnes ont un trouble dans le cerveau de gestion des émotions, donc apprendre à les accueillir et les libérer est important, et remonter au bon niveau ses neurotransmetteurs aussi, et pour cela un produit comme Seroxyl peut aider. Pour plus de détail voir les livres de Julia Ross.
Chaque problème est différent. Quelqu'un qui a un trouble borderline (trouble de la personnalité) peut en guérir avec la bonne approche thérapeutique, quelqu'un qui a un trouble cyclothymique ou bipolaire (qui est une maladie plutôt génétique) devra toute sa vie gérer ses niveaux de neurotransmetteurs, ses émotions, et surveiller les déclencheurs de haut et bas,etc...mais l'écoute, et le fait de voir ses refus feront faire un bon énorme et un grand soulagement..
Quand on est très souvent déprimé, ce n'est pas "normal"...quand on a des problèmes de "rage" ce n'est pas normal.. il faut avoir le courage de le reconnaître, on a un problème, ce n'est pas forcément de "notre" faute, cela peut être un problème chimique, génétique... certaines personnes ont un bon taux de seroto, dopa, etc... et passent les obstacles de la vie sans trop de soucis... d'autres ont des taux de neurotransmetteurs trop bas, ou des relargages par les neurones qui se font mal (on peut aider par les des omega 3 bien dosés en EPA).
Bref, si je dis tout ça c'est juste pour aider: si on a un taux de neurotransmetteur trop bas, ou un problème quelconque à ce niveau, on peut faire 50 ans de yoga, lire des tonnes de livre, et rencontrer plein de sages (faut déjà en trouver des bons...), il sera dur dur de se sentir bien, et ce n'est pas la faute de la personne... il faut dans ce cas là se faire aider, comprendre comment l'alimentation peut remonter les taux de neurotransmetteur (voir Julia Ross, vaincre les fringales: http://www.amazon.fr/Lib%C3%A9rez-vous-fringales-programme-naturel-probl%C3%A8mes/dp/2916878610/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1334998158&sr=8-1) ou pour ceux qui lisent l'anglais, plus détaillés sur les émotions: http://www.amazon.fr/The-Mood-Cure-Program-Emotions-Today/dp/0142003646/ref=sr_1_2?s=english-books&ie=UTF8&qid=1335001498&sr=1-2, apprendre à accueillir, écouter les émotions dans le corps, les libérer, et voir la mécanique de nos refus... après si cela ne suffit encore pas, il ne faut pas hésiter à prendre des médications plus fortes et chimiques si nécessaires... il y a des moyens de sortie de la souffrance émotionnelle... il faut se faire aider et ne pas rester dans le trou, je sais que quand on y est on peut y rester trop longtemps (car on croit que c'est normal, que c'est parce qu'on a des soucis extérieurs...souvent on a en plus une fragilité, d'où la nécessité d'aide), et certains font une grosse bêtise, alors que la bonne aide change beaucoup....
Se faire aider n'est pas un aveu de faiblesse, au contraire, c'est un acte d'humilité, d'intelligence, de courage et de volonté de s'en sortir, pour soi et ses proches..
Il est bien clair que dans le domaine spirituel, il y a de nombreuses personnes qui ont des troubles psy... il ne faut s'en culpabiliser ! On peut comprendre que quand on ne se sent pas bien, on va chercher des solutions dans le domaine spirituel (souvent ce ne sont pas les bonnes qui sont proposées, et cela peut faire empirer le trouble, d'autant que les gourous ne sont ni parfaits, ni compétent en terme psy)... par ailleurs certains troubles psy favorisent les perceptions extrasensorielles..
Oui c'est possible de revoir sa vie en rose.... c'est souvent juste une question d'avoir les bonnes infos et d'essayer différentes pistes, et aussi d'oser reconnaître son trouble (qui dans 99% n'est pas de la faute de la personne, même si elle peut l'améliorer grandement par une nouvelle approche de la vie).

Philippe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire