mercredi 22 février 2012

Livres, films et thérapeute sur le trouble borderline


Hello,
Pour tous ceux qui veulent comprendre le trouble borderline, ou bien se faire aider, je conseille l'association d'Alain Tortosa.. le contacter pour qu'il vous renvoie vers un thérapeute compétent.
En plus Alain est sympa, il essaye de voir les bons côtés du trouble (il a raison) et à décrit un nouveau concept en ce sens "émophane*"..
http://www.aapel.org/bdp/BLlivres.html#livres
Qui a envie de se visionner: "37,2", "Bon Baiser d'Hollywood", "Une Vie Volée", "Liaison Fatale", avec les analyses d'Alain ?
Je parlerai aussi un jour sur le blog de l'approche de Jean Cottraux qui a écrit des ouvrages sur les TCC 3ième vague et un ouvrage qui compare les différentes thérapies existantes (les Visiteurs du soi)
http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2738113605/aapel-21
Et aussi j'espère évoquer plus en détail un jour les thérapies pour ce trouble, là désolé, je n'ai pas le temps ;-)
C'est Marsha Linehan qui a développé la thérapie qui donne les meilleurs résultats (DBT), elle s'est aperçu que les thérapies classiques (l'analyse par ex.) souvent faisaient empirer le trouble, et en plus très souvent les borderliners quittent la thérapie (normal les borderliners non aidés sont plutôt instables en tout..).
En Allemagne, on utilise aussi en complément parfois un peu de thérapie TFP sur les transferts (le thérapeute va déclencher les transferts types que le borderliner décharche habituellement sur ses proches..c'est chaud... punaise si je faisais ça je prendrais 200 € la séance à minima !!! mais bon moi je suis empathique alors pas la bonne personne pour faire ça..). C'était en fait ce qui était utilisé avant que DBT ne se diffuse, mais bon je pense qu'un bon thérapeute se fait son panachage et l'adapte au client, moi c'est ce que je ferais si j'étais en situation, j'utiliserais aussi les schémas d'Aaron Beck.. et la pensée positive mais seulement à la fin !
L'origine du trouble reste complexe. Il semble que la peur de base soit d'être abandonné par ceux qu'on aime...Souvent il y a eu un trauma (pas forcément dans cette vie): abandon, trahison, ou souvent c'est quand l'enfant a été élevé dans une famille où il n'avait pas le droit à la parole, il n'avait pas le droit d'être lui.., donc dans un environnement qui ne le validait pas.. .ainsi il a été incapable de valider ses émotions, puisque quand il n'était pas content, on lui disait que ce n'était pas juste... quand il rigolait c'était pas bien non plus, rien n'était jamais bien... l'enfant était dans un environnement qui ne lui permettait pas d'avoir un feedback juste sur ses émotions, son apprentissage émotionnel a donc été stoppé à l'âge d'enfant.. vous pouvez avoir devant vous une personne de 50 ans, avec un émotionnel de 6 ans.. il peut y avoir facilement transmission inter-générationelle, chacun développant un trouble fonction de ses faiblesses intrinsèques, ses vies passées, etc.
Tiens tant que j'y suis, je viens d'apprendre que les enfants qui ont un trouble ADHD (trouble de l'attention avec période d'hyperactivité, hypersensibilité, et parfois retard coordination physique) avaient 50% de risque de faire un trouble borderline... il y a beaucoup de trouble ADHD chez les enfants qui ont des dons psychiques (sensibilité, mediumnité, genre enfants indigos quoi !!)... si un jour on fait une école pour les "nouveaux enfants", il faudra être au top sur ces sujets: ADHD, borderline... aujourd'hui ADHD, c'est traité avec des cachetons !! je pense qu'on peut faire mieux pour ces enfants qui ont par ailleurs beaucoup à donner (seulement si on les prend de façon douce) et déjà prévenir la suite éventuelle (borderline) en donnant à l'enfant des ptits outils rigolos pour gérer son monde émotionnel..
La personne borderline a parmis ses problèmes, un manque de prise de conscience de ses émotions.. parfois elle ne sait plus vraiment dans quel état elle est (si elle est bien ou pas, elle ne sait plus qui elle est (rien à voir avec l'expérience de vacuité, je précise)), d'autre part elle évalue mal ses émotions (pas été appris enfant), et donc elle ne se rend pas compte de ce qu'elle envoie, et elle ne sait plus elle même si la situation nécessite une colère, ou quoi...au niveau comportemental (conséquence), cela donne une impulsivité, instabilité, incompréhensible pour l'entourage..surtout qu'il y a projection aggressive en plus de ses problèmes sur l'autre..
La thérapie DBT donne de bons résultats, évidemment cela ne se fait pas en quelques séances car il faut reprendre l'apprentissage émotionnel, faire un peu de comportemental aussi, utiliser des techniques du bouddhisme zen (la présence, mindfulness, que l'on retrouve aussi dans les thérapies ACT dont j'ai parlé, et MCBT (trop centré méditation à mon goût).. si trauma il y a, le trauma n'est abordé que la deuxième année, quand le patient a déjà acquis une stabilité émotionnelle...
Tiens j'en profite pour vous donner le décret français de 2009 sur l'utilisation du titre de psychothérapeute.
Bon cela ne sert pas à grand chose, car tout le monde peut se déclarer "coach" ou "psychopathothérapeute" (lol)), mais bon au moins ils ont essayé de faire quelque chose, c'est toujours facile de critiquer quand on ne fait rien...
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022244482&dateTexte=&categorieLien=id
.*émophane: http://www.aapel.org/bdp/BLemophane.html
P.S. je précise que je ne suis ni thérapeute, ni coach.... juste intéressé par la question pour différentes raisons personnelles qui ne seront jamais abordées sur ce blog.
With love..

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire