lundi 13 août 2012

"Ta vie sauvée enfin" - Alice Miller

Hello!,
"Ta vie sauvée enfin": un chouette livre d'Alice Miller, spécialiste de l'impact des traumas de l'enfance.
Ce livre se lit très facilement et constitue une synthèse de son oeuvre sous forme d'articles.
La thérapie elle-même n'est pas expliquée; mais on sait par ailleurs que les thérapies "Inner Bonding" de Margaret Paul et Erika Chopich, ainsi que "coeur d'enfant" d'Emmanuel et Marie France Ballet de Coquereaumont prennent pleinement  en compte cette approche d'Alice Miller.
Pour résumer l'approche novatrice d'Alice Miller, qui est à contre courant de la pensée psycho-thérapeutique courante, on peut dire que selon elle et selon ses recherches nous avons pour la plupart subis des traumas enfant, et nous sommes pour la plupart des enfants battus (voir pour certains des abus plus grave encore). Selon Alice, la plupart d'entre nous avons refoulé, oublié nos souffrances d'enfants, et justifions le comportement de nos parents (ou de nos proches). L'enfant, pour survivre, s'est adapté, et a appris à se couper de ses émotions (trop douloureuses alors). Mais le corps se souvient...et les conséquences sont maladie, dépression, violence, mal-être, angoisses, culpabilité, perte de compassion pour soi et pour les autres (coupé des émotions), incapacité à aimer (soi-même et les autres). On peut maintenant voir l'impact sur le cerveau droit de la violence subie dans l'enfance.
Tant que l'on n'arrête pas ce déni, et que l'on refuse de recontacter, avec l'aide d'un thérapeute, les émotions douloureuses, la guérison ne peut avoir lieu... et nous exerçons souvent sur autrui la violence subie dans l'enfance, ceci de génération en génération.
Alice Miller récuse la théorie freudienne de la nécessité de la neutralité du thérapeute, qui doit au contraire prendre partie pour l'enfant intérieur. Elle donne aussi quelques clefs pour trouver un bon thérapeute: ne pas hésiter à pauser beaucoup de question à ce thérapeute... qui souvent est encore dans ses blessures d'enfance! Alice Miller récuse les béquilles comme la pensée positive, la méditation ou les injonctions "aimes toi toi-même'
J'avais déjà parlé de tout cela dans le cadre de l'oeuvre de Daniel Mackler. Voir ici:
http://advaita22.blogspot.fr/2012/03/les-etapes-de-la-guerison-des-traumas.html
http://advaita22.blogspot.fr/2012/02/truth-about-spirituality-daniel-mackler.html
http://advaita22.blogspot.fr/2012/02/perles-dauthenticite-self-therapy.html
http://advaita22.blogspot.fr/2011/12/un-article-en-anglais-de-daniel-mackler.html
Je me sens en phase avec l'approche d'Alice Miller. Pour nous adapter au milieu violent de notre enfance, nous avons renoncé à écouter nos émotions et notre corps, et nous nous sommes coupés de nos véritables besoins. Nous avons pris la mauvaise habitude de vouloir trop vite pardonner à ceux qui nous font du mal, c'est à dire qui exercent à l'extérieur leur propre violence intérieure. Nous les préférons à nous même et ne savons plus nous aimer nous-même car nous avons perdu contact avec notre essence, au travers du processus d'adaptation.. l'enfant intérieur naturel est dans notre noyau central (core self), mais pas l'enfant adapté, qui est un faux-moi, le moi-blessé. Ce processus de déni de nos besoins, de non-écoute, nous l'avons souvent continué dans les études et dans le choix d'un métier qui ne nous satisfait pas, puis d'un couple qui ne nous satisfait pas non plus... mais comment le pourraient-ils si nous sommes dans le déni de nos vraies aspirations, de l'appel de notre être profond... aussi il faut se pardonner à soi-même cette adaptation, et commencer résolument à nous aimer nous-même, c'est à dire écouter les aspirations de notre être profond, afin de pouvoir exprimer notre âme, ce que nous sommes venu faire ici sur terre, en plus de son évolution par l'expérimentation de choses que nous ne savions que de façon théorique.
On imagine assez facilement ce que deviendrait la société, si nous écoutions et reconnaissions les blessures que nous avons subies et surtout si nous prenions enfin fait et cause pour nous: les multiples pervers et manipulateurs, ne trouveraient plus si facilement leur public, que ce soit dans le monde du travail, de la politique, ou des relations. La glorification de nos parents intérieurs, au mépris de la réalité, a ainsi des conséquences dramatiques, au côté de l'absence de vécu spirituel concret de la plupart de nos concitoyens. C'est le propose d'un thérapie spirituelle globale, de donner des outils pour résoudre ces deux problèmes majeurs (Alice Miller n'adresse que le premier, ce qui est déjà remarquable)

3 commentaires:

  1. Coucou,

    mais, à ce moment là, trouver un bon thérapeute est presque mission impossible, non?

    Miguel Ruiz dit que nous avons été domestiqué, et que c'est un cercle vicieux, nous domestiquerons nos enfants,... Je trouve que cela fait écho aux bilans d'Alice, de Margareth..?

    Merci pour l'article, j'espère que tu continues d'écrire ton livre,

    a bientot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces nouvelles therapies fournissent les clefs pour sortir de la violence transgénérationelle et sont donc porteuse d'espoirs et de résultats. Avant la thérapie, nous sommes porteur d'une rage, d'une colère, conséquence de l'humiliation que nous avons subi enfant: nous n'avions pas le droit d'être nous, d'exprimer nos émotions, sous peine d'être puni encore par nos parents, nos demi-Dieu. Adultes blessés, nous projetons cette colère, cette haine sur des innoçants, d'où le conjoint colérique, le dictateur, les guerres. Recontacter ces blessures, en presence d'un témoin qui prend le parti de l'enfant que vous etiez va restituer votre justice intérieure et libérer une partie de la charge emotionelle, d'où un mieux être (moins de colère, moins de depression si la colere etait refoulée, moins de somatisation). Pour Alice un bon therapeute est quelqu'un de formé à la therapie de l'enfant intérieur.. Je pense qu'on les compte sur les doigts de la main en France...je commence ma formation avec Margaret.

      Supprimer
    2. Je suis tout à fait d'accord avec vous : les thérapeutes capables de nous accompagner à la rencontre de notre enfant intérieur sont rares et ceux capables de nous permettre de trouver en nous les ressources qui nous ont manquées à ce moment là sont encore plus rares. Pourtant la guérison s'avère possible dès lors que l'enfant blessé trouve les ressources qui lui ont manqué. Il devient alors un adulte libéré en phase avec son être authentique.
      J'ai eu la chance de trouver un tel praticien dans le Vaucluse et cela m'a permis de guérir de l'abandon, l'inceste et la maltraitance.
      Aujourd'hui je suis une autre personne et la joie fait désormais partie de mon quotidien.
      Le passé est loin derrière, par moment c'est comme s'il n'avait jamais existé. C'est bon d'être libre et guérie.
      Je vous souhaite de tout coeur de trouver une telle personne sur votre chemin.

      Supprimer