lundi 16 avril 2012

Arrêter de critiquer sa vie - Eric Baret

 Le domaine Pins Paul (06)

Hello !
Je vous mets un peu d'Eric Baret, c'est tiré de son livre (épuisé) "de l'abandon".
Attention, il ne s'agit pas d'en dériver une philosophie, et de se dire "qu'on n'existe pas", qu'on n'est pas ceci ou pas cela, ou qu'on n'a pas le droit de penser.... c'est juste plutôt se dé-tendre...
J'ajoute que souvent ce sont les choses qu'on n'a pas accepté qui nous plombent (consciemment ou inconsciemment). Comment revenir à notre liberté intrinsèque, à notre joie naturelle, sans s'encombrer de croyances et de pratiques ? ....
"Quand je n'ai plus confiance ni en moi ni en l'environnement, il reste une confiance qui n'est plus dirigée vers quelque chose mais qui est simplement un non-commentaire. J'arrête de critiquer ma vie, de penser qu'elle devrait ou pourrait être autrement. Je cesse de savoir quoi que ce soit. Reste la disponibilité. En l'absence de réaction psychologique, la simplicité de la vie m'apparaît. Tout ce qui m'arrive est présence. La confiance naît quand j'abandonne tout espoir. Une confiance sans objet.
L'espoir est une forme d'ajournement: demain je serai heureux. Ce n'est pas admissible: on sera mort avant cela; plus le temps d'être heureux demain. "Quand je ferai plus de yoga, quand je serai plus sage, moins coléreux, plus riche, marié, divorcé, quand je mangerai moins de sucre, que je serai en meilleure forme, que j'habiterai ailleurs... seulement alors je serai heureux." Voilà l'espoir !
Pourquoi attendre ? Qu'y aura-t-il de plus demain ? Rien. Je projetterai la même misère qu'aujourd'hui. Si j'arrête aujourd'hui, cela s'arrête aussi pour demain. Si je continue aujourd'hui, cela continuera demain. Je dois arrêter, maintenant, dans l'instant. j'écoute, je ressens: dans ce ressenti, le mécanisme de fuite vers l'avant, vers demain, est vu pour ce qu'il est. Donc, toujours revenir à la sensibilité du moment. Écouter l'instant sans le lier à celui d'avant ou d'après, sans le comparer, sans rien savoir, sans anticiper ni se rappeler.
L'espoir est une fuite.
Question: la résignation aussi ?
Oui, les deux sont un manque d'écoute. La résignation c'est se référer au passé, l'espoir c'est regarder demain: dans les deux cas, je ne suis pas présent."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire