vendredi 23 septembre 2011

Le mystère du "Qui Suis Je ?" - le mystère de l'éveil - une immense énergie en vous - vous pouvez le dansez mais pas y répondre - Osho



Je traduis ici quelques passages de "Destiny, Freedom and the Soul" du maître indien Osho..
Rooooo c'est magnifique !!
La question ici est celle de notre nature profonde...
Notez bien, la réponse n'est pas mentale, elle est vibratoire, énergétique, vivante...la "réponse" apporte une immense énergie..
Et comme le dit Osho:
"Vous pouvez le danser (tiens tiens je comprends pourquoi là haut ils aiment la Zumba !! Et pourquoi il y a des bons esprits qui viennent assister au cours ! et me disent que la Zumba est plus spirituelle que beaucoup de stages coincés de méditation) 
Vous ne pouvez y répondre
Vous pouvez le sourire; vous ne pouvez y répondre
Vous pouvez le vivre; vous ne pouvez y répondre."
Alors juste être dans sa présence, cool, joyeux sans motif, et ne pas se prendre la tête avec des questions métaphysiques car il n'y a pas de réponses sur le fond du fond...(par exemple les esprits des défunts ne savent pas non plus qui les a créé !).
Je traduis:
"L'homme est une quête, pas une question, mais une quête. Une question peut être solutionnée mentalement, mais une quête doit être solutionné en la vivant. Ce n'est pas que nous cherchons des réponses à des questions; c'est que nous cherchons des réponses à notre Être.
L'humain sait qu'il est mais il ne sait pas qui il est.
Qui Suis Je ? Cette question doit être posée dans les coins les plus profond de votre Âme. Cette question doit vibrer en vous, pulser dans votre sang, dans vos cellules. Cela doit venir un point d'interrogation dans votre Âme. Et lorsque le mental est silencieux, vous saurez. Ce n'est pas qu'une réponse va venir à vous sous forme de mots, ce n'est pas que vous allez pouvoir l'écrire dans votre journal intime en disant "ceci est la réponse". Si vous pouvez le dire à quelqu'un, ce n'est pas la réponse.. si vous pouvez l'écrire dans votre journal, alors ce n'est pas la réponse. Lorsque la vrai réponse vous arrive, elle est tellement vivante, "existentielle" qu'il est impossible de l'exprimer.
Rester avec la question. Et ne commencez pas à croire à une réponse. Restez avec la question.
Si vous restez avec la question, je ne dis pas que vous allez recevoir une réponse. Personne n'a jamais reçu de réponse. Si vous restez avec la question, petit à petit la question disparaît. Non parce qu'une réponse est reçue; il n'y a pas de réponse. Il ne peut y en avoir car la vie est un mystère. Si il y avait une réponse, alors la vie ne serait pas un mystère. Un mystère ne peut être résolu, ce n'est pas que ce soit difficile. C'est très simple, mais sa nature est telle qu'il ne peut être résolu.
Restez avec la question, alerte, conscient, sans chercher, sans essayer de trouver une réponse. C'est assez dur, mais si vous pouvez faire cela.... c'est possible de le faire. Je l'ai fait. Et tout ceux qui ont dissout leur question l'ont fait. La présence (anglais: awareness), le feu de la présence, brûle la question. Le soleil de votre présence fait fondre la question; elle disparaît, elle s'évapore. un jour, soudainement, vous découvrez que vous êtes là et que la question n'est pas là. ce n'est pas que la question soit remplacée par une réponse.Il n'y en a pas. Mais la question a simplement disparu. Vous êtes là et sans question. Ceci est la réponse.
Vous, sans une question, c'est la réponse. Ce n'est pas que vous pourrez dire qui vous êtes, vous rirez de la question. La question est devenue absurde. Mais maintenant vous ne pouvez comprendre cela, vous devez posez la question intensément. Posez la question, mais n'attendez pas de réponse.
Plus vous allez profondément dans la question, plus vous allez trouver qu'elle fond, qu'elle disparaît. Et lorsque la question a disparu, une immense énergie est lâchée en vous. Vous êtes là, sans question.
Et lorsque il n'y a pas de question, bien sûr, il n'y a pas de mental. Le mental est le questionneur. Lorsqu'il n'y a pas de questionnement, le mental a aussi disparu, la pure conscience, juste le ciel sans nuages, la flamme sans fumée. Et c'est cela la divinité. C'est ce qu'est un bouddha, c'est ce qu'est un Christ. rappelez vous, je le répète encore et encore: bouddha n'a pas trouvé de réponses, c'est pourquoi bouddha n' jamais répondu aux questions les plus essentielles.
Ne restez pas à la périphérie à demander Qui a fait le monde ? Pourquoi le monde a-t-il été créé ? Ces questions n'ont pas de sens. venez en à la question de base, la plus fondamentale: Qui suis-je ?
Il n'y a pas de réponse, juste un niveau de conscience dans lequel la question disparaît. Juste une clarté, une clarté de vision et de perception.
Il est merveilleux de rester avec la question, car les réponses vous corrompent.
Un jour, si vous avez vécu suffisamment avec la question, elle disparaît comme une goutte de rosée au soleil.
Lorsque votre conscience est devenue un feu, une intense lumière, la question commence à disparaître.
Et lorsque la question disparaît, vous ne pouvez dire qui vous êtes, mais vous le savez.
(difficile à traduire en français): it is not a knowledge; it is a knowing. 
Vous ne pouvez y répondre (à la question qui suis je) mais vous le savez. 
Vous pouvez le danser ; vous ne pouvez y répondre
Vous pouvez le sourire; vous ne pouvez y répondre
Vous pouvez le vivre; vous ne pouvez y répondre.

A suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire