lundi 27 juin 2011

Vous ne pouvez pas lâcher prise, inutile de faire semblant (Eric Baret)

Bhairava - Katmandou


Toujours très direct, mais du coup efficace, Eric décerne ici quelques coups (de maître)... on peut apercevoir ici notamment à quel point notre perception d'être une personnalité, séparée, est fortement lié à notre vagabondage intérieur dans le temps, le passé et le futur, mais que dans l'instant, lorsque l'on est présent à ce qui est, alors c'est autre chose...
Simplement se rendre disponible à ce qui est...à la fois au dedans et au dehors...sans juger... alors....

Extrait de "De l'abandon", Eric Baret (livre épuisé mais disponible sur amazon)
"Je n'ai pas besoin d'être intelligent, de comprendre quoi que ce soit pour découvrir cet espace de liberté dans le coeur: c'est cela qui nous concerne. Je respecte les gens qui savent ce qu'est la conscience ou l'essence, mais, ici, ces choses nous dépassent. La philosophie, avec tout le respect que j'en ai, est encore un concept. La possibilité d'accepter la vie dans l'instant ne nécessite aucune théorie."

Comment peut on avoir accès à ce que vous voulez transmettre ? Quelle attitude avoir pour atteindre cette disponibilité ?
"Vous vous rendrez compte à chaque instant que vous la refusez... -  "Je devrais être différent et le monde aussi. Quand je serai différent, que j'aurai moins de peur, de regret, d'amertume, d'attente, je serai libre.." -
Je vois le mécanisme: je suis toujours en train de dire non à la réalité, de m'embarquer dans un projet spirituel. Clairement je m'en rends compte. Je ne peux rien faire contre. Il n'est pas en mon pouvoir de m'empêcher de penser que le bouddhisme, le taoïsme, l'enseignement de Gurdjeff, la méditation solitaire ou le mariage avec cinq femmes est la solution pour moi. Mais je peux voir que tout mon dynamisme vient uniquement de cette peur d'écouter.
Dans le fait d'être présent, simplement, il n'y a personne de présent. S'il y avait quelqu'un de présent, ce serait le passé. Le mental ne peut comprendre, il m'éloigne..
La personnalité n'existe que dans le futur ou le passé. Quand je dis non, je me trouve en tant que personnalité avec un futur et un passé. Quand je dis oui, il n'y a personne qui dit oui. Le oui élimine la personne.
Un lâcher prise volontaire est impossible. Cela vient lorsque vous arrêtez de vouloir lâcher prise.
Vous avez observé de plus en plus consciemment le mécanisme qui vous fait aller toujours vers quelque chose. Vous ne pouvez rien faire contre: seulement le constater. Cette vision - "je suis toujours en train de quitter l'essence, la présence" - crée une sorte de fissure. Dans cette fissure, malgré vous, vont s'insinuer des moments de joie libre de cause. Ils vont vous permettre de vérifier que la joie n'est pas liée à la situation, qu'elle ne dépend de rien. Vous allez intégrer davantage le fait que vous n'avez besoin de rien dans la vie, parce qu'elle se finit dans l'instant. Vous n'avez pas le temps de construire une vie consciente. On ne peut rien devenir.
Toute l'énergie utilisée pour attraper, devenir, trouver et être quelqu'un va progressivement revenir vers vous. Vous connaîtrez de plus en plus souvent de moments de tranquillité sans raison.
Ce n'est pas entre vos mains, vous ne pouvez pas en décider.
De nouveau vous allez voir une très belle femmes, une très belle voiture, un beau maître avec une grande barbe, et vous allez vous laisser embarquer dans un futur.
La vie est ce qu'elle est: il y a des femmes, des maîtres, des chiens, mais vous n'allez plus rien leur demander. Alors, si c'est le bouddhisme qui vous a pris, vous allez devenir un vrai bouddhiste: vous étudierez le bouddhisme pour la joie de l'étude, sans rien en attendre. Le bouddhisme ne peut rien pour vous, mais vous pouvez tout lui donner. Si c'est une femme, vous allez tout donner à cette femme et ne jamais rien demander. La femme ne peut rien pour vous. Etc. Dans tout ce qui se présentera, vous trouverez cette résonance, parce que la joie est de donner, non de recevoir. Toutes les activités vont apparaître ainsi.
Cette présence à l'émotion constitue le changement. c'est la magie. C'est au delà de tous les siddhis (pouvoirs psychiques) possibles."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire