lundi 30 mai 2011

Paroles de Ma Ananda Moyi (2)

Suite de paroles choisies de cette grande Eveillée que fut Ma Ananda Moyi. Moi cela me nourrit de les recopier ici, j'espère cela vous inspirera également cher lecteur ! Suite dans un prochain post..
- Dieu ne vous accorde qu'un tout petit peu, juste assez pour entretenir votre mécontentement, car sans mécontentement il ne peut y avoir de progrès,
- Si vous désirez ardemment certaines choses extérieures ou si vous sentez spécialement attiré par une personne, vous devez vous arrêter et vous dire "Attention ! tu es sous les charme de ceci ou cela !" Existe-t-il un lieu où Dieu ne soit pas ?
- Voici comment procéder: lorsque vous vous asseyez pour méditer, contemplez avant tout la représentation d'une divinité; puis l'imaginant sur son trône, inclinez-vous devant elle et faites du japa (mantra). Lorsque vous avez terminé inclinez vous de nouveau et l'ayant intronisé dans votre coeur, quittez votre place.Voilà en quelques mots la pratique à suivre, si vous n'êtes pas capable de méditer sur le Brahman (la conscience),
- Votre quête doit être continue, comme un filet d'huile qui coule constant et régulier,
- Pour l'instant la caractère temporaire de ce que vous aimez ne vous impressionne guère, vous y trouvez plutôt de la joie. Mais au fur et à mesure que l'esprit de détachement s'éveille, le piment de tels plaisirs s'affadit, ces plaisir ne sont ils pas éphémères ? Si vous progressez vers ce qui transcende le temps, tout ce qui appartient au temps commencera à vous apparaître sous son vrai jour,
- Personne ne met volontairement ses mains au feu ni son pied sur un serpent; de la même manière vous ne faites que jetez un coup d'oeil sur les objets des sens et vous vous en détournez,
- Lorsque l'on s'engage dans la méditation, il faut se considérer comme un être purement spirituel (chinmayi), illuminé de la lumière du Soi, établi dans la béatitude du Soi.
- Il vous faut entrer dans le rythme de votre vraie nature. Lorsque celle ci se révélera, elle agira comme un coup de foudre et vous attirera à elle, instantanément, irrésistiblement; il arrive un moment où plus aucune action n'est nécessaire. Aussi longtemps que ce contact n'a pas été établi, consacrez-vous à Dieu quelles que soient vos attractions et vos répulsions, adonnez vous au service, à la méditation, à la contemplation, à n'importe quoi d'analogue.
- On reconnaît que l'on a accédé à sa propre nature à ce qu'on éprouve un profond contentement, le sentiment de jouer, et à ce que le souvenir de l'UN est constamment présent. En fait l'on n'y arrive pas par des exercices qui sont de ce monde. Ce dont il est question ici ne peut se révéler que spontanément, de son propre gré.
- Ceux qui peuvent s'abandonner seront pris par Lui.
- L'action dépourvue d'égo est pleine de beauté car elle n'est pas motivée par aucun désir d'autosatisfaction. Aussi longtemps que les noeuds que représente votre égo ne sont pas défaits, même si vous pensez agir impersonnellement, vous serez blessé et cela provoquera un changement dans l'expression de vos yeux et de votre visage et ce sera visible dans toute votre façon d'être.
(Collection spiritualité vivante, Albin Michel, volume 209)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire