lundi 22 octobre 2012

Yolande: amoureuse du Silence


Ce Silence qui a un discours ininterrompu..
Hello !
De retour de Rennes où j'ai eu la joie de rencontrer et de partager avec Yolande Duran Serrano.
Environ 25 personnes présentes. Il est classique que ce genre de rencontre, où l'on parle de l'absolu, du contact avec la présence de l'Âme, n'attire que peu de monde... à comparer aux 500 personnes présentes lors de la venue de Marie Lise Labonté dans la même ville, pour parler... du petit moi..
J'ai aimé pouvoir lui poser des questions les yeux dans les yeux sur mon vécu. Elle m'a dit que "la révolution du Silence était en marche chez moi"... elle m'a poussé, au niveau mental, à "cette compréhension spontanée, que le Silence est toujours là, même quand on le perçoit moins... être dans la personnalité ou dans le Silence, ce sont des choses spontanées, sans effort...le petit moi est très compliqué, le Silence est simple..... le Silence ne bouge pas, c'est l'égo qui bouge... on ne choisit pas l'intensité du Silence...faire confiance dans le fait que ce Silence est toujours là."
Ces échanges ont été filmé et seront mis en ligne sur son site web: http://www.yolande.info/
Bref, j'ai aimé cette rencontre... même si j'exprimerais les choses différemment si j'avais à le faire... j'ai trouvé Yolande très influencée par sa rencontre avec Eric Baret (je dis cela sans jugement, c'est juste ainsi); elle emploie souvent le terme de "jaillissement spontané", typique du shivaïsme cachemirien, et adopte un discours non-dualiste sur la guérison "de se prendre pour une personne". Même si je reconnais et vis parfois ce dont elle parle, je préfère pour ma part une approche dialectique... la personne existe, sur son plan..(comme le disait Ma Ananda Moyi, tous les plans sont vrais à leur niveau).. et c'est d'ailleurs le réceptacle individuel  qui est visité par la Présence du Divin, le Tout Autre... sans admettre cela, on se trouve à professer une approche radicale qui rencontrera un écho limité, et on se trouve pris dans des contradictions... ainsi dans son dernier livre, elle écrit plusieurs fois "je sais que je vis une expérience d'ouverture énergétique, etc..." trahissant bien le fait que la personnalité reste bien sûr, et c'est tout naturel..
Étrangement, la journée a démarré par un texte de son cru qu'elle a fait lire sur le rôle du gourou...en espérant qu'elle ne soit pas atteinte de gourouïte aiguë, lol,  elle qui n'en n'a pas eu.. et par ailleurs il fallait s'acquitter de 90€ pour pouvoir entendre parler du Silence... je dis cela sans jugement ce sont juste des choses que je remarque..
A part ces points, j'aime ces deux livres, car elle a très fidèlement décrit ce ressenti au contact de l'Âme, en tout cas si je le compare au mien. Et également ces messages de diffusion.. "cette Énergie du Silence est disponible pour tous".... Yes !! Les moments où elle tente d'expliquer, de faire des différences entre le Silence et le ressenti du Silence me parlent moins...la philosophie ne m'intéresse pas plus que ça..
Nous ne sommes pas là au niveau du développement personnel, qu'elle balaye d'un revers de la main ("ne pas essayer de s'améliorer")... en effet, le contact avec le Tout Autre c'est juste un autre niveau, je le sais... mais dire que les efforts d'assouplissement psychologiques ne servent à rien, ça, je ne sais pas si on peut le dire... en effet cela semble ne pas servir au contact avec la Lumière, mais peut être que cela sert et est indispensable à certains...puisqu'elle même dit que de nature elle n'était pas dans le refus de ce qui lui arrivait...donc pour quelqu'un qui lutte contre le vécu, le développement personnel peut être nécessaire... bref je me méfie de tout dogmatisme radical !
J'ai trouvé Yolande parfois froide dans son contact, calme... elle sourit par moment, mais pas si souvent. Authentique, oui, tranchante. Gentille aussi, une petite tape dans le dos qu'elle me fait dans le couloir.
Nous sommes reparti avec son dernier livre "Amoureuse du Silence", dans la lignée du premier, avec cette sobriété de bon aloi, et une bibliographie intéressante, incluant notamment des auteurs soufis de la mystique arabe.
Phil, dans l'amour de cet amour qui nous baigne tous et qu'on a oublié de ressentir ! Puisse-t-il se diffuser au plus grand nombre, ce baume, ce champ quantique plein d'amour et qui guérit.., non pas de se prendre pour la personne, mais de croire n'être que la personne, et d'avoir perdu le contact avec l'essence-ciel.

4 commentaires:

  1. merci pour cet article

    A un moment donné, je lisais beaucoup la littérature sur le Silence, la mystique chrétienne, la mystique islamique, les témoignages comme Nicole Montineri, Yuri, Colette, etc...

    Mais au lieu de m'aider, cela avant tendance à me désespérer^^ et ça me dés-ancrer totalement

    Puis en lisant ton blog, j'ai réussi à mieux appréhender cela de manière mentale toujours, je n'ai pas fait un éveil lol :)

    je suis vraiment d'accord avec l'approche dialectique

    je ne recherche même plus à atteindre l'éveil, je veux juste continuer à apprendre à vraiment m'aimer, à prendre soin de moi (physiquement aussi), à aider ma famille et les autres, et à me recueillir quand j'y pense dans une sorte de méditation dans l'amour et la confiance...

    J'ai fait beaucoup de chemin grâce à ton partage sur ce blog dont j'apprécies l’honnêteté, mais aussi l'argumentation.

    Et même, s'il me reste beaucoup à apprendre, je te redis merci

    RépondreSupprimer
  2. Merci de ton retour! Je pense en effet que la fréquentation des ouvrages non-dualistes n'est pas très bonne pour la santé et que ce sont souvent des élucubrations mentales, ainsi qu'une nourriture pour un marché. Comme le disait Osho, le soufisme est le coeur des religions, et cela consiste à tomber amoureux de l'existence... en ce rapprochant d'elle, on peut sentir battre le grand coeur de l'univers.
    Le contact avec le "Tout Autre" nous touche quand on ne s'y attend pas... et Cela reste mystérieux..à part l'émerveillement, comme un enfant devant un grand sapin de Noël, que peut on en dire d'autre ? Certains le nomme Conscience, d'autre Beauté...Ce parfum se répand aussi de lui-même autour de celui qui l'abrite.

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui est étonnant, c'est que les enseignants qui parlent de non-dualité et de leur expérience d'éveil en insistant sur le fait qu'il n'y a "personne sur cette chaise" ne rayonnent pas tant l'amour que cela et donnent des conférences pour clamer leur non-personnalité,étrange paradoxe.
    C'est comme s'ils étaient pris par une forme subtile d'illusion qui leur fait confondre l'arrêt du mental et le silence qui se révèle alors avec la Libération d'un Bouddha ou d'un Jésus.
    Et puis, cerise sur le gâteau,dire qu'il n'y a rien à faire est peut-être vrai du point de vue de l'ultime mais les conditionnements du mental interdisent ce non-agir salvateur.
    Ces nombreuses carences pédagogiques desservent la lumière qu'ils souhaitent certainement faire partager.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Selon ma compréhension, ils répètent un évangile, un dogme, comme des perroquets... "la réincarnation n'est pas une réalité pour moi, d'ailleurs R. Maharshi disait que cela n'existait pas, etc."... ce qui est faux d'ailleurs... puisque Ramana disait voir les defunts toutes les nuits mais être incapable de nous les montrer, contrairement aux yogis qui pouvaient nous les montrer, et avait mis en garde un de ses plus proches disciples (Anamalai Swami) du risque d'une renaissance si il avait trop le désir de méditer seul dans une grotte !
      Les tenants de la non-dualité reprennent une logique des métaphysiciens bouddhistes (comme Nagarjuna) mais en la comprenant de travers... la logique bouddhiste est de montrer l'absence d'existence propre... par exemple une chaise n'a pas d'existence propre car on peut la démonter en plusieurs morceaux et on ne pourra jamais en trouver son essence. Il en va de même pour le mental qui est un orchestre sans chef d'orchestre (confirmé par les neurosciences). Mais cela ne veut pas dire que la chaise n'existe pas, ni que le mental n'existe pas... on a certes une image illusoire de nous même (qui est fait d'un ensemble de mémoires), mais le fait d'avoir des pensées, des images subjectives sur soi, ne veut pas dire qu'on n'existe pas... on existe, à différents niveaux... et l'âme ainsi que les corps sous jacents sont bien des mentaux d'individualité.
      En phase aussi pour dire que l'Amour ne rayonne pas particulièrement dans ces rencontres, mais c'est du subjectif bien sûr.
      Amicalement, Phil

      Supprimer